top of page
  • Photo du rédacteurFlorence et Pierre

Un des dictionnaire de la voile. La lettre A

Dernière mise à jour : 31 janv. 2022

Des dicos, il y en a plein, pourquoi je n'en écrirai pas un moi aussi.

Pour moi, un bateau, c'est comme un avion. A comme Avion.

A tout seigneur, tout honneur, mon père.

Mon père était fabriquant d'avion. Vous savez quand on est petit, en classe, on doit en début d'année écrire son nom, son prénom, sa date de naissance et son âge, son adresse et les métiers de son père et de sa mère. Et la maîtresse précise aussitôt, que si la maman ne fait rien (rien... LOL) on doit écrire "sans profession". Et bien moi, pour profession du père, j'écrivais "Fabricant d'avion". Evidemment, dans mon village, ça se savait. Mais quand je suis arrivé à Bordeaux, personne ne me (le) connaissait. Alors je suis passé pour un petit plaisentin, un menteur, un type qui voulait se faire remarquer, un original...

Mon père fabriquait des avions. A table on parlait de ça. Dans la salle à manger, il y avait la table à dessin, dans son Atelier un ou deux Avions et le week-end, les vacances, on allait au "terrain" (d'Aviation), on allait au meeting (d'Aviation), Avion, Avion, Avion, Avion...

Je connais tout d'un avion.

Sans blague, sans exagérer, sans vraie ni fausse modestie. Je suis né fils d'Albert, fabriquant d'avions et donc les avions ont été mon univers pendant... presque 50 années. J'ai fait mes premiers vols dans "l'Alouette" photo 1, j'ai appris à piloter dans "le Pigeon", j'ai (re)fabriqué le plus petit, "le Poussin", photo 2, avec lequel j'ai fait des essais, de la voltige, des conneries... des vraies conneries !!! et aussi, je l'ai cassé. Crac boumm patatra, avion cassé. Comme mon père d'ailleurs qui, en revenant de Quiberon, l'avait cassé aussi. C'est peut-être pour ça qu'il ne m'a jamais rien reproché. J'ai fini ma vie de travail en aéronautique avec l'A380... Du plus petit au plus grand.

Pour moi, un bateau, c'est comme un avion.

Pour moi, un bateau, c'est comme un avion, mais en plus simple, en plus lent, en plus lourd, mais avec le même sentiment de liberté quand on quitte la Terre.

Quitter la Terre, voilà le but du voyage et de la vie en mer. En avion comme en bateau, on quitte terre et on part à l'aventure.

Et quand on touche terre quelques heures ou jours après, on découvre un nouvel univers, des nouvelles personnes, des nouvelles habitudes, cultures, nourritures, animaux, maisons, montagnes, volcans, deserts, arbres, fleurs, couleurs, odeurs, plein de choses qui font de chaque port un eldorado merveilleux qu'on atteint que par les airs (ou la mer !). Décoller, quitter le port, partir... C'est ce moment, quand on navigue, qui rend le voyage fantastique. Il n'y a pas de lien entre ce lieu-çi et ce lieu-là. Juste un trait sur une carte, un trait de naviguation avec quelques indications sur l'équipage, les heures de départ et d'arrivée, la vitesse, le cap. Juste un cap.

Que dis-je un cap, c'est une péninsule... LOL


Bonne nuit, bande de terriens, je vous aime.

P&F.

Surtout P.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page